La dysphonie : quand la voix fait défaut

Une dysphonie causée par une surutilisation de la voix

Notre voix est un outil important qui nous permet d’entrer en relation avec les autres, d’exprimer nos désirs, nos émotions, etc. Lorsqu’un trouble affecte sa qualité et notre capacité à communiquer normalement, on se rend compte de son importance… C’est le cas notamment de la dysphonie, un trouble de la voix qu’il faut apprendre à reconnaître et qui ne doit pas être ignoré.

 

Qu’est-ce que la dysphonie ?

La dysphonie est un trouble de la voix qui se manifeste le plus souvent par des modifications de la voix et/ou de sa qualité. La voix semble alors plus rauque ou elle peut devenir enrouée. De plus, son timbre peut être modifié, c’est-à-dire qu’elle ne sonne pas comme d’habitude, ou encore sa hauteur peut être affectée ; la voix devient plus aigüe ou plus grave. Chez certaines personnes, les altérations de la voix s’accompagnent de malaises physiques, par exemple de douleurs au niveau de la gorge ou d’une sensation persistante de sécheresse.

 

La dysphonie peut être liée à différentes causes, dont voici les principales :

  • Les facteurs physiologiques : la dysphonie peut être causée par des changements au niveau des structures qui sont responsables de la production de la voix, par exemple au niveau des cordes vocales (tumeurs, nodules, etc.). Les atteintes neurologiques, par exemple dans le cas de maladies neurodégénératives, peuvent aussi affecter le fonctionnement des mécanismes responsables de la production de la voix. 
  • Les facteurs d’origine fonctionnelle : la dysphonie peut être causée par une mauvaise utilisation ou par une surutilisation de la voix, soit des comportements vocaux dommageables.

 

Il faut savoir que les facteurs fonctionnels liés à une mauvaise hygiène vocale peuvent également entrainer des dommages physiologiques, par exemple des lésions aux cordes vocales. La dysphonie peut donc être multifactorielle, d’où l’importance de consulter un professionnel pour pouvoir en préciser les causes.

 

Qui est à risque de souffrir de dysphonie ?

Nous nous concentrerons ici sur les dysphonies d’origine fonctionnelle, puisque leurs causes peuvent plus facilement être identifiées et prévenues. Ainsi, certaines personnes sont plus à risque de souffrir de dysphonie pour des causes fonctionnelles, et ce, car leur voix est fortement sollicitée, notamment pour des raisons professionnelles. Les chanteurs, les enseignants et les professeurs, les politiciens et les personnes qui sont souvent appelées à parler devant un public ont davantage de chances de développer une dysphonie d’origine fonctionnelle.

 

Comment la traite-t-on ?

Tout d’abord, il est souvent conseillé de consulter un médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL), spécialiste du nez, des oreilles, de la gorge et du cou. L’ORL peut procéder à un examen et à des tests afin de déterminer si la dysphonie est causée par des facteurs physiologiques. Lorsque ces causes sont écartées et qu’on détermine que ce sont des facteurs fonctionnels qui ont entrainé la dysphonie, la personne peut alors être dirigée vers un orthophoniste.

 

Les personnes qui souffrent de dysphonie, ou qui sont particulièrement à risque d’en souffrir, doivent prendre conscience de l’importance de la thérapie vocale pour la prise en charge de ce trouble. En orthophonie, on traite généralement la dysphonie par la thérapie de voix résonante. Ce type de thérapie mise sur différents exercices liés aux sensations lors de la production de la voix et permet à la personne de prendre conscience des différents systèmes qui sont impliqués, notamment la respiration et la résonance. L’orthophoniste vise à permettre à son client de produire sa voix de la meilleure façon qui soit, et ce, avec un minimum d’effort et avec un minimum d’impacts sur les structures responsables de la production vocale. De cette façon, on minimise les risques d’atteintes physionomiques au niveau de ces dernières, tout en permettant à la personne d’acquérir une bonne hygiène vocale. Cela passe notamment par la mise en lumière des mauvaises habitudes vocales qui peuvent être à l’origine de la dysphonie. 

 

Si vous remarquez que la qualité de votre voix est affectée à la suite d’une mauvaise utilisation de cette dernière, consultez rapidement un orthophoniste pour obtenir des conseils personnalisés pour soulager votre problème et pour éviter qu’il ne devienne persistant.

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste