Apprentissage d’une langue à l’âge adulte

Apprentissage d'une langue, français, anglais, espagnol

L’apprentissage d’une langue à l’âge adulte est un enjeu qui soulève beaucoup de questionnements. On entend souvent dire qu’il est préférable d’apprendre une langue seconde lorsqu’on est jeune, et que cet apprentissage devient plus complexe à l’âge adulte. Mais, qu’en est-il vraiment ? Nos orthophonistes ont décidé de préparer cet article pour partager avec vous des informations sur l’apprentissage d’une langue seconde et sur les bienfaits qu’on peut en retirer. Selon nous, c’est tout à fait possible et très bénéfique de faire l’apprentissage d’une nouvelle langue, quel que soit notre âge !

Apprentissage d’une langue : les enfants sont-ils privilégiés ?

Les scientifiques s’entendent pour dire que l’enfance est une « période critique » pour l’apprentissage d’une langue seconde, avec un niveau de maitrise élevée qui serait semblable à celui d’un locuteur dont il s’agit de la langue maternelle. Cela pourrait s’expliquer par une plus grande « malléabilité » du cerveau chez les jeunes individus. En d’autres mots, le cerveau a une meilleure capacité à créer de nouvelles connexions synaptiques, permettant aux neurones de transmettre les informations entre eux.

Cependant, l’âge auquel cette période critique se situe est un aspect qui est largement discuté au sein de la communauté scientifique. On s’entend généralement pour dire qu’elle se termine vers 17-18 ans. Or, on croit qu’une personne qui aurait commencé l’apprentissage d’une nouvelle langue après l’âge de 10 ans ne pourrait jamais atteindre un niveau d’aisance et une maitrise de la grammaire équivalente à une personne qui en a commencé l’apprentissage dès la jeune enfance, ou dont c’est la langue première. Après 10 ans, on disposerait d’une fenêtre plus courte en ce qui concerne les capacités d’apprentissage, lesquelles diminuent après la puberté.

Ainsi, on s’entend pour dire que oui, les jeunes enfants sont privilégiés en ce qui a trait à l’apprentissage d’une nouvelle langue. Bien que ce phénomène puisse être concrètement observé, par exemple chez les enfants d’immigrants, ses causes sont très difficiles à expliquer à l’aide d’études. Cela s’explique d’une part parce que l’apprentissage d’une nouvelle langue s’échelonne sur une longue période, souvent de plusieurs années, ce qui complique le suivi les des candidats de l’étude sur le long terme. D’autre part, cela s’explique par le fait que de nombreuses variables peuvent influencer l’efficacité de l’apprentissage. Parmi ces variables, pensons notamment à la motivation, aux types d’expositions à la nouvelle langue, aux contextes et aux activités d’apprentissage, etc.

En résumé…

On s’entend donc pour dire que vers 17-18 ans, soit après la puberté, les capacités d’apprentissage d’une nouvelle langue diminuent. Cela pourrait être causé par des changements dans la capacité des neurones du cerveau à se modifier. Or, des facteurs culturels pourraient aussi être en cause.

Les bienfaits de l’apprentissage d’une langue à l’âge adulte

On comprend donc qu’il est bel et bien plus facile d’apprendre une langue avant l’âge adulte et, qu’idéalement, cet apprentissage devrait débuter avant l’âge de 10 ans pour favoriser une excellente maitrise de la nouvelle langue.

Néanmoins, les experts s’entendent pour dire que les adultes ne devraient pas pour autant baisser les bras, puisqu’il est possible d’apprendre une nouvelle langue, peu importe l’âge. Même à l’âge adulte, la plasticité du cerveau (capacité à se modifier et à créer de nouvelles connexions) demeure importante. De plus, on associe plusieurs bienfaits à l’apprentissage d’une nouvelle langue.

En premier lieu, des études ont démontré que cela apporte des bienfaits cognitifs supérieurs à d’autres types d’apprentissages. On a notamment remarqué une croissance de l’hippocampe, soit la partie du cerveau à laquelle on attribue la mémoire. Les activités reliées à l’apprentissage d’une nouvelle langue permettraient donc d’améliorer certaines habiletés cognitives. On croit également que cela pourrait retarder de déclin cognitif et de certaines maladies, comme la maladie d’Alzheimer. Bien entendu, cela ne peut permettre d’éviter complètement le développement de ces maladies, mais ça peut en retarder l’apparition des symptômes de plusieurs années.

Les adultes qui souhaitent apprendre une nouvelle langue doivent faire preuve de patience, puisque ça prend du temps pour atteindre un niveau de compétence élevé. La rigueur est également de mise, puisqu’il faut pratiquer au quotidien et chercher à être exposé à la langue qu’on apprend dans des contextes variés (émissions de télévision, lecture, immersion à l’étranger, groupes de discussion, activités d’apprentissage dirigées, etc.). Il peut également s’avérer pertinent de consulter une orthophoniste lorsqu’on apprend une langue étrangère. Cette professionnelle peut orienter une personne dans ses apprentissages, par exemple en proposant des outils ou des ressources bien adaptés à son niveau.

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste