Des conseils pour faciliter la période des devoirs

La période des devoirs en famille

Ah, la période des devoirs… Redoutée par plus d’une famille, elle représente pourtant une partie importante et inévitable du cheminement scolaire de nos enfants. En tant que parent, vous vous demandez peut-être comment vous impliquer afin d’aider votre enfant, tout en lui laissant l’espace dont il a besoin pour développer son autonomie. Poursuivez votre lecture pour découvrir des conseils qui visent à faciliter la période des devoirs à la maison.

 

Impact des devoirs sur la réussite scolaire : ce qu’en pensent les experts

Plusieurs études ont été réalisées un peu partout dans le monde au sujet des devoirs et de leur lien avec la réussite scolaire. En général, elles ont révélé que les devoirs contribuaient aux apprentissages et au succès scolaire des élèves du primaire dans une moindre mesure que pour les élèves du secondaire. Ces mêmes études ont démontré qu’il vaut mieux privilégier la qualité des devoirs donnés aux élèves plutôt que la quantité de devoirs reçue.

 

Néanmoins, il faut garder en tête que les parents peuvent avoir un impact positif sur le bon déroulement de la période des devoirs, notamment en aidant leurs enfants à développer leurs habiletés et leurs méthodes d’apprentissage. C’est pourquoi les orthophonistes du Centre Mosaïque de Québec ont pensé partager avec vous 5 conseils qui ont fait leurs preuves auprès des parents qui désirent soutenir leurs enfants.

 

1. Prévoyez un moment précis pour la période des devoirs

En général, on recommande aux parents de prévoir un moment précis dans la routine quotidienne pour la période des leçons et des devoirs. Il est pertinent d’évaluer le meilleur moment en fonction du niveau de fatigue et d’énergie de l’enfant au retour de l’école. Certains peuvent tirer profit d’une période de jeu avant le repas pour entamer par la suite les devoirs avec plus de concentration, alors que d’autres enfants sont suffisamment concentrés dès le retour de l’école. Également, certaines familles aiment prévoir un moment pendant le week-end qui est réservé aux activités ainsi qu’aux leçons plus complexes et qui demandent plus de concentration. Généralement, tout le monde est plus détendu et plus disponible la fin de semaine !

 

2. Assurez-vous que votre enfant ait l’espace et le matériel nécessaire

Il est pertinent de prévoir un endroit dans la maison pour la période des devoirs. Ce peut être un bureau dans la chambre de l’enfant, un espace à la table de la cuisine, etc. L’important est de s’assurer que ce lieu est exempt de facteurs qui pourraient distraire l’enfant : jouets, télévision allumée, beaucoup de circulation des autres membres de la famille… Cela risque de miner la concentration de l’enfant et d’augmenter le temps nécessaire pour réaliser l’ensemble des leçons et des devoirs, ce qui peut affecter directement la motivation.

Également, il est pertinent de conserver à la maison le matériel nécessaire pour faire les devoirs, notamment un crayon, une gomme à effacer, une règle, etc. Ainsi, on économise chaque jour le temps qu’il faut pour rassembler le matériel. Si l’enfant oublie son étui à crayons à l’école, il n’y a pas d’excuse pour négliger les devoirs.

 

3. Instaurez une routine pour les devoirs

Les enfants bénéficient grandement des routines dans leurs activités du quotidien. À la longue, cela devient la norme pour eux et ils intègrent eux-mêmes cette routine à leurs habitudes. Ainsi, assurez-vous d’intégrer la période des devoirs à votre routine au même moment chaque jour et cela deviendra un automatisme pour l’enfant, qui saura quand il est temps de sortir ses manuels et ses cahiers.

 

 4. Restez positif, coute que coute

Les parents doivent encadrer leurs enfants pour la période des devoirs. Toutefois, attention de ne pas viser la perfection ! Les erreurs et les échecs font partie du processus d’apprentissage. Ainsi, lorsque vous vérifiez le travail de votre enfant à la fin de la période des devoirs, assurez-vous de souligner un élément positif de son travail avant de mentionner des fautes ou des erreurs. Les encouragements sont importants et le renforcement positif lui montrera que ça vaut la peine de faire les efforts nécessaires !

On est bien conscient que, pour les parents, la période des devoirs n’est pas le moment le plus agréable de la journée. Toutefois, il est important d’éviter d’être négatif devant son enfant face aux devoirs. Votre attitude peut faire une grande différence dans la motivation de votre enfant, alors il est plus productif de rester positif !

 

5. Communiquez avec l’enseignant

On ne demandera jamais aux parents d’assurer le rôle des enseignants. En effet, les parents doivent avant tout offrir un encadrement à leurs enfants. Ils peuvent s’assurer qu’ils complètent l’ensemble de leurs devoirs, les aider à développer leur autonomie et à organiser leur horaire en fonction de leurs priorités. Il faut néanmoins éviter de « jouer au professeur », au risque de semer la confusion chez l’enfant.

Malgré cela, il est important d’avoir une bonne communication avec l’enseignant de votre enfant. Vous formez une équipe avec lui pour aider votre enfant dans ses apprentissages ! Au début de l’année, discutez de ses méthodes d’enseignement et de ses attentes. Au fil de l’année, n’hésitez pas à communiquer avec lui pour obtenir des informations en lien avec un devoir en particulier, pour discuter des difficultés que rencontre votre enfant ou de son cheminement. Vous ne serez que mieux outillé pour le soutenir au quotidien.

 

 

Il est possible de faire de la période des devoirs un moment plaisant pour toute la famille, mais cela demande une implication parentale, comme vous l’aurez constaté par la lecture de cet article. N’hésitez pas à être créatif, à intégrer le jeu à la réalisation des leçons et des devoirs. Bien qu’il soit nécessaire de faire des efforts particuliers pour encadrer votre enfant, il s’agit d’une excellente façon de valoriser les apprentissages et de soutenir sa motivation.

 

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste