La respiration buccale

La respiration buccale peut etre remarquée pendant le sommeil

C’est quelque chose qui semble anodin à première vue, mais qui peut avoir des conséquences sur la croissance de dents et des mâchoires, sur l’alimentation, sur l’élocution… On parle ici de la respiration buccale. C’est un enjeu important lorsqu’il est question du développement des enfants. En ce sens, il faut savoir reconnaître les signes associés à la respiration buccale, tout en étant conscient de l’importance d’en préciser les causes. Vos orthophonistes au Centre Mosaïque de Québec souhaitaient ainsi sensibiliser les parents de jeunes enfants sur le sujet.

 

Qu’est-ce que la respiration buccale ? Quels en sont les impacts ?

Il est tout à fait normal de respirer par la bouche dans certaines situations, notamment après un effort physique lorsqu’on est essoufflé. Cependant, la majorité du temps, la respiration doit normalement se faire par le nez.

Pour comprendre les effets de la respiration buccale, il est nécessaire d’aborder la façon dont la langue se positionne lors de la respiration nasale versus la respiration buccale. Lorsqu’on respire par le nez, le bout de la langue vient s’appuyer dans le fond du palais, y exerçant alors une certaine pression. Or, lors de la respiration buccale, la langue demeure plutôt en position de repos sur le plancher de la bouche. La langue étant un muscle très puissant, elle a un impact important sur le développement de la bouche et des mâchoires.

Lorsque le positionnement de la langue n’est pas adéquat lors de la respiration, cela peut avoir des conséquences sur le développement du maxillaire supérieur (mâchoire du haut). En effet, puisque la langue ne s’appuie pas sur le palais, celui-ci a tendance à se développer vers le haut et à demeurer plus étroit. De plus, un développement inadéquat du palais peut avoir des impacts sur les voies nasales. Ces dernières risquent de devenir plus étroites, ce qui peut rendre la respiration par le nez plus difficile. Des problèmes d’occlusion dentaire, qui fait référence à la relation entre les dents du haut et celles du bas, peuvent également survenir, tout comme un désalignement de la dentition par manque d’espace sur le maxillaire supérieur.

 

Quelles sont les causes de la respiration buccale ?

Plusieurs facteurs peuvent être associés à la respiration buccale et c’est souvent une combinaison de ces facteurs qui est à l’origine du problème. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment les allergies ou des amygdales trop proéminentes, qui peuvent gêner la respiration nasale. De mauvaises habitudes de succion ou une déglutition atypique peuvent aussi avoir des impacts négatifs.

Il faut comprendre que ce sont tous des facteurs qui affectent le positionnement de la langue et qui peuvent faire en sorte qu’un enfant à la difficulté à garder ses lèvres fermées ensemble. Il s’agit là du positionnement normal des lèvres lors de la respiration nasale.

 

Comment reconnaître la respiration buccale ?

Nous invitons les parents à être vigilants, puisque certains signes peuvent permettre de détecter la présence d’une respiration buccale chez l’enfant. Voici les principaux :

  • Sa bouche demeure entrouverte : la bouche demeure ouverte lorsque l’enfant respire. On doit également vérifier la façon dont il respire pendant le sommeil. La respiration buccale pendant le sommeil entraine notamment une accumulation de bave sur l’oreiller.
  • Une fatigue plus importante : la respiration buccale a généralement des impacts sur la qualité du sommeil. L’enfant risque donc d’être plus fatigué, moins attentif, irritable, etc.
  • La présence de cernes bleutés : puisque l’oxygénation dans la région nasale et des sinus n’est pas aussi bonne, des cernes d’une coloration bleutée peuvent apparaître sous les yeux.
  • La congestion nasale devient fréquente : comme la respiration buccale réduit le passage de l’air dans les voies nasales, celles-ci peuvent devenir plus étroites. L’enfant devient alors plus sensible et sujet à la congestion.
  • Des difficultés d’élocution : certains sons, comme le « s » ou le « ch », sont plus difficiles à prononcer.
  • La présence de problèmes d’occlusion : on peut remarquer que les dents du haut sont trop avancées par rapport à celles du bas (supraclusion) ou, au contraire, qu’elles sont trop reculées (sous-occlusion).
  • Des effets sur l’apparence du visage : les conséquences liées au développement du palais et de la dentition peuvent affecter de façon plus générale l’apparence du visage. Par exemple, le menton peut devenir fuyant, c’est-à-dire qu’il est plus reculé par rapport à la mâchoire.

 

La prise en charge du problème

La respiration buccale peut représenter un problème complexe et donc demander l’implication d’une équipe composée de différents professionnels de la santé. D’abord, il est essentiel de consulter un médecin spécialisé lorsqu’on soupçonne la présence d’une respiration buccale chez un enfant. Il peut s’agir d’un pédiatre ou d’un médecin ORL. Son implication est importante pour aider à en préciser les causes physiques et fonctionnelles, de même que pour prendre en charge ces dernières. Ensuite, des traitements d’orthodontie peuvent être effectués pour corriger le positionnement des mâchoires et optimiser l’alignement de la dentition. Cela aide à éviter les conséquences lors de l’alimentation et pour l’élocution, mais aussi en ce qui a trait au développement du visage.

Soulignons également l’apport important de l’intervention de l’orthophoniste pour la prise en charge de la respiration buccale. Grâce à son expertise, cette professionnelle peut aider l’enfant à prendre conscience de la façon dont il positionne sa langue, sa bouche et ses mâchoires lors de la respiration et lors de l’alimentation. Elle peut aider à corriger des problèmes de prononciation ou ceux liés à une déglutition atypique, notamment grâce à des exercices de rééducation.

Bref, l’implication de l’orthophoniste est tout indiquée pour la prise en charge de la respiration buccale et des troubles qui sont causés par ce mauvais patron de respiration. Cette professionnelle possède en effet une très bonne expertise du développement des structures bucco-faciales qui sont impliquées lorsqu’on respire, lorsqu’on parle, lorsqu’on mange, etc.

 

Pour toute question à ce sujet, contactez nos orthophonistes à Québec.

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste