Le temps d’écran chez les enfants en bas âge : recommandations & bonnes pratiques

Des jeunes enfants intéressés par un écran

Loin de nous est l’époque où la télévision était le seul écran qui meublait notre quotidien. En effet, l’avènement du web et des appareils mobiles a fait en sorte que les écrans s’immiscent dans presque tous les aspects de notre quotidien. Nos enfants ne sont pas étrangers à ce phénomène. Or, l’utilisation des écrans en bas âge soulève de nombreuses questions. Quelles sont les recommandations quant au temps d’écran chez les tout petits ? Une utilisation qui va au-delà de ces recommandations peut-elle avoir des conséquences sur le développement ? Comment encourager une saine utilisation des écrans chez les enfants ?
 

Dans l’article qui suit, nous abordons ces points importants reliés au temps d’écran chez les enfants afin de répondre aux questionnements qui préoccupent bien des parents.
 

Les recommandations des professionnels de la santé en lien avec le temps d’écran

Pour déterminer ce que représente une saine utilisation des écrans en bas âge, voici les recommandations émises par la Société canadienne de pédiatrie (SCP). Prenez note que le temps d’exposition quotidien doit comprendre tous les types d’écrans, soit la télévision, l’ordinateur, les jeux vidéos, les appareils mobiles, etc.

  • Enfants de moins de 2 ans : à cet âge, les enfants ne devraient pas passer de temps devant les écrans, tous types confondus.
  • Enfants de 2 à 5 ans : on recommande de limiter le temps d’utilisation à moins d’une heure, sur une base quotidienne.

 

Au-delà de l’âge de 5 ans, la SCP n’émet pas de recommandation précise en matière de temps d’écran quotidien. Elle mentionne que l’utilisation des écrans ne doit pas nuire à la réalisation d’autres activités qui sont essentielles : les activités scolaires, les contacts sociaux avec les autres enfants et l’entourage, ainsi que la durée de sommeil nécessaire à cet âge.

 

Les problèmes associés à l’utilisation prolongée des écrans en bas âge

De nombreuses études démontrent qu’une surexposition aux écrans en bas âge peut affecter le développement d’un enfant, voire nuire à son cheminement scolaire lorsqu’il fait son entrée à l’école. Voici donc ce qu’on sait sur les conséquences d’une surexposition aux écrans chez les jeunes enfants :

  • Elle nuit au développement moteur : les moments passés devant les écrans sont des moments sédentaires, lors desquels l’enfant est physiquement inactif. Ainsi, lorsqu’il est devant un écran, il n’est pas en train de courir, sauter, grimper (activités liées à la motricité globale) ou de dessiner, découper ou manipuler ses jouets (activités liées à la motricité fine). Une surexposition aux écrans en bas âge peut donc être associée à des difficultés de développement moteur.
  • Elle peut affecter le développement psychosocial : en bas âge, les interactions de l’enfant avec ses parents, ses frères, ses sœurs et avec les enfants du même âge sont essentielles au développement des habiletés sociales. La surexposition aux écrans diminue la quantité et la qualité de ces interactions.
  • Elle peut affecter les capacités cognitives : alors que les enfants grandissent, leur cerveau crée constamment de nouvelles connexions neuronales, tout en éliminant naturellement celles qui sont moins utilisées. L’utilisation des écrans et des médias électroniques jouerait un rôle actif dans ce processus. Or, les écrans représentent en quelque sorte une source de stimulation de qualité moindre que les interactions et les activités faites dans la réalité. C’est pourquoi les enfants doivent être exposées à des sources de stimulation diverses, et pas seulement à des activités qui se passent à travers des écrans.
  • Elle peut engendrer des problèmes de comportement : les écrans peuvent être utilisés à tort par certains parents pour calmer ou occuper un enfant. Malheureusement, cela peut directement affecter le comportement de ce dernier, provoquant de l’agressivité, des difficultés d’autorégulation des émotions, etc.
  • Elle peut engendrer des problèmes de sommeil et de santé physique : il est important d’éviter l’utilisation des écrans dans l’heure qui précède le coucher. De plus, ceux-ci doivent toujours rester hors de la chambre de l’enfant. Il faut aussi savoir que puisqu’elle pousse l’enfant à l’inactivité physique, une surutilisation est directement liée à un risque accru d’embonpoint ou d’obésité. Cela peut entrainer, à long terme, des problèmes de santé physique, des problèmes d’estime personnelle, etc.

 

Des conseils parentaux pour une saine utilisation des écrans

  • Instaurez des règles en famille

En tant que parent, vous devez absolument encadrer l’utilisation des écrans chez vos enfants. Limitez d’abord le temps d’exposition quotidien de votre enfant, en suivant les recommandations qui sont en place. Assurez-vous que votre enfant fasse des activités variées, qui sont essentielles à son développement et à sa santé.

 

  • Donnez l’exemple

Les enfants veulent imiter tout ce que leurs parents font. Ainsi, si vous passez vous-mêmes des périodes prolongées à écouter la télévision ou à naviguer sur votre téléphone intelligent, vous donnerez envie à vos enfants de faire la même chose. Donnez donc l’exemple en variant les activités qui occupent vos temps libres et en limitant votre propre utilisation des écrans.

 

  • Évitez d’utiliser les écrans pour calmer votre enfant

Les petits doivent développer leurs propres stratégies pour contrôler leurs émotions et pour apprendre à se calmer. Or, les écrans ne sont pas la stratégie à adopter, bien au contraire. En effet, un jeune enfant qui a recours aux écrans pour se calmer n’apprendra pas à autoréguler ses émotions. Cela peut réellement contribuer au développement d’une relation malsaine avec les écrans.

 

  • Favorisez les programmes qui encouragent les apprentissages

Finalement lorsqu’il est question de l’exposition des enfants aux écrans, il vaut toujours mieux favoriser les contenus de qualité et adaptés à leur jeune âge. Choisissez par exemple des émissions de télévision destinées aux jeunes enfants. Elles peuvent aider à développer des attitudes positives chez ces derniers, comme la compassion, le partage ou le respect des limites personnelles. De plus, certaines applications peuvent soutenir l’enfant dans ses apprentissages, notamment en lecture. Les applications présentent souvent un côté interactif qui appelle à des actions de la part de l’enfant, ce qui s’avère plus stimulant sur le plan du développement cognitif.

 

Nous espérons fortement que les conseils présentés dans cet article vous aideront à favoriser une saine utilisation des écrans chez vos jeunes enfants. N’oubliez jamais que le temps passé devant les écrans ne doit pas se faire au détriment des activités importantes, comme les interactions avec les adultes et les autres jeunes, ou encore les périodes de jeu « traditionnel ». Les orthophonistes de Québec au Centre Mosaïque encouragent toute la famille à utiliser sainement les écrans afin d’éviter les effets nocifs que ceux-ci peuvent avoir.

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste