Stimulation du langage chez les enfants : des techniques à mettre en pratique

La stimulation du langage entre une mère et sa fille

Dès les premiers moments de sa vie, un enfant entend ses parents et ses proches parler. Il commence ainsi dès sa naissance à acquérir les habiletés pour comprendre et s’exprimer, soit à développer son langage. Le langage est effectivement un comportement acquis, c’est-à-dire qu’il résulte de l’expérience de l’enfant et de ses apprentissages. En ce sens, un parent a certainement un rôle à jouer pour stimuler le langage chez son tout-petit, qu’il soit un bambin qui est en plein développement de ses habiletés langagières ou un jeune enfant qui rencontre des défis supplémentaires.

 

Les orthophonistes du Centre Mosaïque de Québec souhaitent donc présenter aux parents des conseils et techniques visant la stimulation du langage chez un jeune enfant.

 

Le développement langagier de mon enfant se fait-il normalement ?

Il est important de comprendre que chaque enfant se développe à son rythme et que le développement langagier ne fait pas exception à cette règle. Ainsi, il peut être difficile pour un parent de savoir si le développement des habiletés langagières de son enfant se fait normalement.

 

Nous vous invitons à consulter cet article sur notre blogue qui porte sur les difficultés de langage chez les enfants d’âge préscolaire. Nous y abordons les grandes étapes du développement du langage chez les enfants de 0 à 5 ans, que vous pouvez consulter à titre indicatif.

 

La stimulation du langage : techniques et conseils de nos orthophonistes

Nous vous présentons ci-dessous des techniques à mettre en pratique pour stimuler le développement du langage chez les jeunes enfants. Mais, avant cela, voici des éléments à prendre en considération pour maximiser l’effet des techniques de stimulation du langage.

 

D’abord, mentionnons que les meilleurs moments pour mettre en pratique les techniques de stimulation sont lors des activités quotidiennes, comme la routine du bain et du dodo, ou encore les repas. En effet, le caractère prévisible et répétitif de ces activités permet à l’enfant d’accorder plus d’attention à l’échange qu’on a avec lui, et donc au développement de ses habiletés langagières.

 

Il est important d’être à l’écoute de l’enfant. On peut ainsi mieux se concentrer sur ses champs d’intérêt ou sur ce qui attire son attention dans le moment présent afin de les utiliser dans les échanges. Finalement, il est primordial de faire des pauses pendant la conversation. Pour le parent, cela permet d’être plus à l’écoute des réactions de l’enfant pour identifier ses intérêts. Quant à l’enfant, les pauses sont importantes puisqu’elles lui permettent de rassembler ses idées.

 

Quelques techniques de stimulation du langage

  • Donner le modèle : on donne l’exemple à partir de ce qui intéresse l’enfant. Lorsque l’enfant imite le modèle, le féliciter. On peut en donner deux types ;
  • Self-talk : mettre des mots sur ce que l’on fait : « Je prends le bloc et je fais une tour ».
  • Parallel talk : mettre des mots sur ce que l’enfant fait : « Tu prends le camion ».
  • Imitation : les intérêts de l’enfant guident les interactions. On peut imiter ses gestes ou ses vocalisations et remplacer les approximations de mots par le mot ciblé.
  • Expansion : reprendre la phrase de l’enfant en version « adulte ».
  • Ex : « chat parti » à « Le chat est parti »
  • Extension : Ajout d’information pour enrichir les connaissances de l’enfant.
  • : si l’enfant dit « jouer ballon », on peut répondre « oui, tu joues avec un beau ballon en plastique rouge »
  • Élaboration et découpage : reprendre l’énoncé en ajoutant les éléments qui manquent de façon graduelle, puis revenir vers l’énoncé produit par l’enfant
  • : « une pomme », « une grosse pomme », « une grosse pomme rouge » « une grosse pomme », « une pomme »
  • Choix de réponse :
  • Ex : « veux-tu du lait ou du jus ? »
  • Questions ouvertes :
  • Ex : « qui ? » ; « où ? »
  • Phrase porteuse : donner des indices pour amener l’enfant à trouver le(s) mot(s) manquant(s)
  • : « C’est la femme du chat, donc ici c’est un chat et ici c’est une ____ »
  • Lorsque l’enfant fait une erreur (ex : un sat), répéter en lui donnant le bon modèle plutôt que de lui demander de répéter correctement (oui, un CHat).

 

En cas de doute, consultez une orthophoniste

Rappelons que les informations de cet article sont présentées à titre indicatif et qu’elles ne s’appliquent pas nécessairement à tous. En cas de doute quant au développement langagier de votre enfant, ou si vous désirez obtenir des conseils personnalisés pour la stimulation de son langage, rappelez-vous que rien ne remplace l’intervention d’une orthophoniste.

 

Au Centre Mosaïque de Québec, nos professionnelles peuvent répondre à différents besoins en ce sens : soutenir les parents pour que les activités de stimulation du langage soient réalisées de façon saine et optimale ; éviter que des défis supplémentaires rencontrés par l’enfant ne prennent de l’ampleur ; évaluer un jeune enfant pour déterminer s’il présente des difficultés langagières ; etc. N’hésitez donc pas à consulter nos orthophonistes pour toute question ou inquiétude concernant le développement du langage chez vos tout-petits.

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste