Bégaiement : nos conseils pour les parents de jeunes enfants

Un père met en pratique les conseils liés au bégaiement

Nos orthophonistes de Québec constatent que les parents sont soucieux de voir leurs jeunes enfants bégayer. Le bégaiement chez les enfants d’âge préscolaire est un phénomène assez courant. Néanmoins, en tant que parent, il faut savoir comment y faire face et comment composer avec ce dernier lors des conversations avec l’enfant. Dans cet article, nous abordons les stratégies parentales à mettre en place avec un enfant qui bégaie. Nous en profitons pour préciser quand le bégaiement devrait pousser vers une consultation en orthophonie.

 

Le point sur le bégaiement chez les jeunes enfants

Avant toute chose, précisons que le bégaiement est un problème d’origine neuromusculaire. Il est donc la manifestation d’un manque de coordination entre la respiration, la vibration des cordes vocales et les mouvements des lèvres, de la langue et du palais. Ces différentes structures permettent en effet d’articuler et de prononcer les mots pour produire la parole.

 

Le bégaiement est de nature neurophysiologique, c’est-à-dire qu’il est lié à l’organisation du cerveau. On estime que dans la majorité des cas il est héréditaire, c’est-à-dire qu’un enfant qui a un parent bégaie ou bégayait présente plus de chances de faire face à ce problème. Il a été démontré que les croyances selon lesquelles le bégaiement est lié à un problème psychologique (anxiété), à la gêne ou à une mauvaise éducation sont fausses.

 

Bégaiement ou difficultés liées au développement du langage?

Pour bien comprendre le bégaiement, il convient de le différencier des défis qui sont naturellement rencontrés par les jeunes enfants au moment du développement et de l’acquisition du langage. En effet, il est normal qu’un enfant présente alors, sur le plan de la parole, des hésitations, des répétitions ou qu’il ait besoin de prendre des pauses lorsqu’il a une conversation. Toutefois, dans le cas d’un enfant qui est aux prises avec le bégaiement, les pauses et les hésitations sont plus marquées et plus fréquentes. Aussi, elles sont souvent accompagnées de tensions musculaires (particulièrement au niveau du visage) ou de mouvements du corps (clignements des yeux, dilatation des narines, battements des bras, etc.).

 

Finalement, mentionnons que le bégaiement chez les jeunes enfants apparaît le plus souvent vers l’âge de 2 à 5 ans. Or, il est porté à disparaître par lui-même dans 3 cas sur 4. Des changements dans l’environnement de l’enfant et dans les interventions de son entourage peuvent s’avérer suffisants pour qu’il vainque son problème de bégaiement. Dans les autres cas où le bégaiement persiste, il s’avère pertinent de consulter une orthophoniste.

 

Des stratégies parentales liées au bégaiement

Les parents ont un rôle important à jouer pour favoriser le développement du langage de leur enfant qui bégaie, notamment en évitant de mettre sur lui trop de pression lors des conversations. En ce sens, voici 5 stratégies parentales offertes par l’équipe du Centre Mosaïque.

 

  • Évitez de réagir face au bégaiement

En général, il est préférable de ne pas réagir face aux épisodes de bégaiement chez un enfant. Évitez donc de le faire répéter, ne tentez pas de terminer ses phrases et ne lui donnez pas de conseils pour « mieux parler ». Cela risque uniquement de lui mettre davantage de pression et d’augmenter son niveau d’anxiété face aux échanges, ce qui risque d’exacerber le bégaiement. La fréquence et l’intensité du bégaiement varient généralement dans le temps, alors il est tout à fait normal que l’enfant ait des épisodes de bégaiement plus marqués. Continuez de vous intéresser à ce que vous dit votre enfant et assurez-vous de demeurer positif, notamment en mettant de côté les émotions négatives comme les critiques, la pitié ou les marques de surprise.

 

  • Prenez des pauses

Intégrer des pauses pendant les échanges avec l’enfant lui permet de mieux organiser ses idées pour les communiquer. En effet, en prenant vous-même des pauses entre vos phrases et avant votre tour de parole, vous diminuerez la pression qu’il ressent à organiser et communiquer rapidement ses idées.

 

  • Réduisez votre débit

Les enfants ont toujours tendance à imiter leurs parents et les autres adultes. Si vous parlez vite, votre enfant vous imitera. Or, il n’a pas la même facilité que vous à planifier son discours et à le communiquer. En réduisant votre propre débit de parole, vous l’encouragerez à faire de même !

 

  • Faites attention à la longueur et à la complexité des échanges

Ce conseil est encore une fois en lien avec le fait que les enfants imitent leurs parents. Si vous vous vous exprimez par des phrases longues et qui présentent un vocabulaire ou une grammaire complexe, vous créez un environnement exigeant et l’enfant a tendance à s’imposer le même niveau de langage. Ainsi, privilégiez les phrases courtes, les mots simples et évitez les conjugaisons fastidieuses. Votre enfant aura amplement d’occasions de développer son vocabulaire et d’apprendre les subtilités de la grammaire française en vieillissant, c’est-à-dire une fois que ses habiletés langagières seront plus développées.

 

  • Laissez votre enfant diriger la conversation

En tant que parent, on est souvent poussé à poser de nombreuses questions à nos enfants. Or, il faut garder en tête qu’une question représente pour l’enfant une demande pour une réponse rapide et précise. Vous l’aurez deviné, cela ajoute une pression considérable sur le système de parole de l’enfant. Au lieu des questions, privilégiez les commentaires, notamment en lien avec les actions de l’enfant ou avec son environnement. Laissez votre enfant diriger lui-même la conversation et faites des commentaires qui le pousseront à partager spontanément avec vous des informations ou des détails.

 

Quand consulter en orthophonie?

Lorsque le bégaiement chez l’enfant persiste malgré les stratégies mises en place, une consultation en orthophonie s’impose. Généralement, si un enfant d’âge préscolaire bégaie encore après plusieurs mois, il y a de fortes chances qu’il puisse bénéficier du soutien de l’orthophoniste. Lors des interventions, la professionnelle cherche d’abord à évaluer son jeune client pour comprendre l’étendue des défis qu’il rencontre. Par la suite, elle informe les parents au sujet du bégaiement et enseigne des stratégies personnalisées, ainsi que des adaptations à l’environnement de l’enfant pour faciliter les conversations.

 

En tant que professionnelle de la parole et du langage, l’orthophoniste peut intervenir auprès de personnes de tous âges pour les aider à faire face à un problème de bégaiement. Une intervention réalisée précocement chez un enfant d’âge préscolaire s’avère néanmoins la clé pour favoriser le développement des habiletés langagières dans des conditions saines et optimales.

 

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste