Troubles d’apprentissage : conseils pour simplifier les devoirs

Devoirs et troubles d'apprentissage

La période des devoirs est redoutée par de nombreux enfants et par un nombre probablement tout aussi grand de parents. Si cette partie importante de l’apprentissage vient nécessairement avec son lot de défis, ces derniers sont encore plus importants lorsque l’enfant présente des troubles d’apprentissage.

 

Afin d’aider leurs parents à mieux passer à travers ce moment quotidien et les appréhensions qui l’accompagnent, nos orthophonistes ont préparé ces quelques informations et conseils pratiques.

 

Que sont les troubles d’apprentissage ?

Les troubles d’apprentissage, lesquels peuvent être spécifiques (dyslexie-dysorthographie) ou être liés à une autre condition neurologique comme le TDAH, affectent particulièrement la lecture et l’écriture. Ainsi, l’enfant qui en souffre rencontre de nombreuses difficultés lors de ses apprentissages, et ce, dès le début de son parcours scolaire. En plus de ces manifestations précoces, les troubles de l’apprentissage se distinguent des difficultés ponctuelles par leur caractère persistant et neurologique : ils sont dus à des connexions cérébrales qui se font différemment. De nombreux aspects de l’apprentissage scolaire sont alors touchés, ce qui peut entraîner diverses difficultés :

 

  • Pour la lecture (compréhension et fluidité) ;
  • Dans l’apprentissage de la signification et de l’orthographe de nouveaux mots de vocabulaire ;
  • Par rapport aux usages orthographiques, grammaticaux et syntaxiques (dans la construction des phrases notamment) ;
  • Dans la compréhension des questions mathématiques abstraites ;
  • Pour mémoriser des mots de vocabulaire, de même que des tables d’opérations mathématiques et/ou se rappeler une histoire ou les consignes données en classe ;
  • Pour apprendre les sons correspondants aux lettres de l’alphabet (seules ou en combinaison).

 

Quelques stratégies pour faciliter la période des devoirs malgré un trouble d’apprentissage

Il est évident que de telles difficultés ont un impact sur les apprentissages, par le fait même, les capacités à maintenir l’intérêt et l’attention pendant un certain temps. Les impacts se font ressentir à l’école, mais aussi à la maison lorsqu’il est temps de faire les devoirs. Certaines stratégies peuvent par ailleurs être adoptées afin d’éviter que la période qui leur est consacrée devienne laborieuse :

 

  1. S’adapter aux capacités de l’enfant et reconnaître ses limites

Comme il est non seulement plus difficile, mais aussi plus long pour les enfants aux prises avec la dyslexie-dysorthographie ou avec un TDAH d’effectuer leurs tâches scolaires, ils sont souvent plus fatigués lorsqu’on arrive en fin de journée. Il faut donc prendre en compte cette fatigue et ses effets sur les capacités de concentration et sur la motivation générale. Veillez ainsi à encourager l’enfant, sans le pousser au-delà de ses limites : cela pourrait le décourager et l’écœurer des devoirs.

 

  1. Prendre en considération le niveau de fatigue de l’enfant

Il est tout d’abord important de déterminer un moment fixe (à une heure similaire) pour les devoirs. Cela permet de créer une routine, utile aux apprentissages. Vu la plus grande fatigabilité de l’enfant, il peut être pertinent de laisser un temps de repos entre le retour à la maison et les devoirs. Certains enfants pourraient même bénéficier d’une courte sieste. Il peut aussi être utile de diviser les devoirs en plusieurs tâches distinctes, séparées par une activité reposante.

 

  1. Bien aménager l’espace de travail 

Il est très important de faire les devoirs dans un endroit calme et dépourvu le plus possible de sources de distraction. Cela peut être un espace bureau aménagé dans la chambre de l’enfant, ou à endroit commun de la maison. Dans ce dernier cas, il faut s’assurer du calme de l’environnement de travail. Ainsi, il faut éviter de faire les devoirs près des frères et sœurs qui jouent, d’un parent qui fait d’autres tâches ou qui parle au téléphone, ou près d’une télévision ou d’un poste de radio allumé.

 

  1. Impliquer l’enfant dans les apprentissages

Pour ce faire, posez-lui des questions fréquentes et variées au sujet des tâches qu’il accomplit : Pourquoi as-tu choisi cette réponse ou ce terme précis ? Quelles seraient les réponses alternatives ? Par quel raisonnement en es-tu arrivé là ? As-tu oublié certaines informations ? Etc. Cela l’aidera à développer ses stratégies et ses capacités d’apprentissage et de raisonnement, en plus de rendre les devoirs plus dynamiques. Encouragez-le également à prendre des notes. Cette technique aide grandement à mémoriser et à prioriser des informations, en plus de faciliter la révision.

 

  1. Adopter une attitude ouverte et encourageante

Il est important de demeurer calme et d’adopter une attitude positive lorsque vous accompagnez votre enfant dans ses devoirs, surtout s’il éprouve des difficultés et qu’il est sujet au découragement. Autrement, l’enfant sentira votre fatigue et votre agacement, ce qui pourrait accroître ses propres frustrations. Il faut également vous assurer de relever ses bons coups avant de souligner les fautes et les erreurs. Une attitude positive et des encouragements l’aideront grandement à garder sa motivation, essentielle à des apprentissages de qualité.

 

  1. Faire appel à des ressources d’aide et des services professionnels

Tout d’abord, assurez-vous d’avoir une bonne communication avec l’enseignant ou l’enseignante de votre enfant. S’il ou elle est au courant de sa situation d’apprentissage, il sera plus facile de demander des aménagements particuliers ou de lui faire comprendre pourquoi tous les exercices demandés n’ont pas été faits. L’enseignant pourrait aussi vous diriger vers d’autres ressources.

 

Un suivi auprès d’une orthophoniste du Centre Mosaïque de Québec peut par ailleurs être d’une grande aide. Ces professionnelles possèdent en effet les qualifications et les outils nécessaires pour aider les enfants qui font face à des défis supplémentaires, causés par les troubles d’apprentissage. Les interventions peuvent aussi être orientées vers les parents afin de les aider à développer des stratégies visant à contrôler le trouble d’apprentissage et à en amenuiser les conséquences. En cas de trouble d’apprentissage connu ou suspecté chez votre enfant, n’hésitez pas à nous contacter !

 

Approuvé par Geneviève Fily-Paré
Diplômée de la maitrise en orthophonie à l’université Laval, Geneviève y a également complété un baccalauréat en Service social.
Geneviève Fily-Paré, M.Sc.O(C) Orthophoniste